Accueil » Actus » Quand les règles en vigueur empêchent le light novel « No Game No Life » de sortir en France
Pourvoyeuse de mauvais présages

Quand les règles en vigueur empêchent le light novel « No Game No Life » de sortir en France

Non, je n’ai pas fait le fainéant en déterrant un sujet que j’ai déjà évoqué il y a… euh, un an pile ?
Ouais, on est malheureusement dans la suite de ce que j’avais dit sur l’avenir pessimiste de cette série-là.

S’il n’était pas très connu à ses débuts, No Game No Life s’est imposé comme l’un des LN phares de l’année 2014, grâce à son animé très populaire. Alors que la série était promise à un bel avenir et à une saison 2, le vent a tourné, au grand désespoir des fans français qui espéraient voir le LN licencié ici.

Comme je préfère doucher l’optimisme des lecteurs quand il le faut, permettez-moi d’affirmer ceci :
Les chances de voir le LN de No Game No Life sortir en France sont proches du néant.
« Mais non, pourquoi il dit ça, je veux NGNL en France », « C’est des conneries » ou « Bordel mais ta gueule » sont des réactions que je vois venir, mais il y a vraiment un fond de vérité derrière ces mots.

Pensez plutôt que la série aura véritablement du mal à redécoller et à retrouver son aura d’antan, après avoir pris du plomb dans les ailes de Flügel.
En plus, les fans français de NGNL se voient attribuer un handicap dont on se serait bien passés… et que je vais tenter d’expliquer dans un article qui vulgarise la loi et quelques notions de marketing. C’est pas évident à faire et courant à voir, mais j’espère que ça sera compris par beaucoup d’entre vous.

MAJ 04/2016 : Ajout de précisions et de remarques pertinentes issues des commentaires.

 

Ce n’est pas tous les jours qu’on doit plonger dans des textes de lois françaises, et Tet Dieu sait combien c’est éprouvant vu comment elles sont écrites par une « élite » parfois déconnectée de la réalité. Mais il le faut pour montrer qu’elles pourraient empêcher une publication du LN en France.

Aujourd’hui, les LN qui sortent dans nos librairies sont classés dans la littérature jeunesse. Logique, quand on sait qu’au Japon, ils sont surtout destinés aux adolescents et aux jeunes adultes.
Mais beaucoup ignorent que c’est un secteur soumis à une réglementation précise : la Loi n° 49-956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, modifiée en mai 2011 et toujours d’actualité.

« Oh non, pas une loi arriérée à la con », diront certains tout en se frappant la tête au mur.

On bute sur un mur vieux de 67 ans

Regardons de plus près 4 articles de la loi : le 2, le 3, le 13 et surtout le 14. Je ne suis pas juriste, alors criez « Objection » en me pointant du doigt si je dis des bêtises (sur cette musique, pour être dans l’ambiance).

Pour commencer, l’article 3 parle de la commission qui contrôle et surveille les œuvres destinées aux jeunes publics.

Par le passé (et d’après cet article d’ActuaBD), elle faisait sanctionner les titres jugés « immoraux » pour la jeunesse, souvent pour des motifs très souvent absurdes aujourd’hui (comme la guerre, tout simplement).
Mais elle reste toujours capable de le faire, même si elle est assez tolérante de nos jours. Ou alors les mentalités ont évolué. (La violence n’est plus un tabou et forcément associée à la débauche, sinon les lecteurs actuels de mangas de baston seraient dans la merde jusqu’au cou – coucou One Piece & cie.)

Cela dit, selon l’article 2, les œuvres destinées à la jeunesse « ne doivent comporter aucun contenu présentant un danger pour la jeunesse en raison de son caractère pornographique […] ».

Je veux pas être pessimiste, mais on tient là le nœud du problème. Comment ça, je fais un gros préjugé ?

NGNL 03 - Ne pleurez pas pour çaEn fait, il suffirait d’un coup d’œil sur certaines illustrations pour que cette Commission considère que NGNL « contient des contenus à caractère pornographique, voire même pédopornographique » vu l’âge de Shiro (11 ans, pour rappel).

Et au-delà des illustrations, certains passages assez tendancieux du LN (avances de Sora sur Stephanie, Shiritori, sous-entendus d’inceste) pourraient déboucher sur cette même conclusion.

Certains vont contester ces raccourcis et les trouver exagérés, ce que je comprends tout à fait. Mais les décideurs sont rois d’Imanity même s’il ne connaissent pas forcément les LN ou la culture moderne japonaise dans son ensemble, et ils peuvent tuer la série à tout moment, au tome 1 comme au tome 7.

Si ce ne sont pas eux qui demandent une interdiction de vente pour la série, ça sera des intégristes réactionnaires. Je veux dire, vous leur montrez cette illustration du tome 7 (NSFW), ils y verront une apologie à la débauche, au blasphème, au satanisme, à l’inceste et à la pédophilie (entre autres).
Rigolez pas, parce que c’est crédible (enfin, sur le fait qu’ils pourront penser ça, j’y vois aucune référence à l’actualité française, hein). Mais bon, s’ils pensent agir au nom du Saint-Esprit en faisant bannir NGNL, je vois juste les mots « effet Streisand » et « représailles » flotter dans mon esprit. Je dis ça, je dis rien.

Mais revenons à la loi et à l’article 13 qui interdit l’importation (hors UE) et l’exportation des œuvres inadaptées aux enfants et aux adolescents français. Inutile de préciser que jusqu’à preuve du contraire, le Japon ne fait pas partie de l’UE, et qu’en théorie, NGNL ne serait pas licenciable ici.

Cependant, vous allez me demander pourquoi des mangas très osés comme To-Love Darkness sortent en France sans soucis, et pourquoi ça passerait pas pour le LN de NGNL. Je pense qu’il y a 2 raisons à cela :
– Le manga reste encore un marché très marginal comparé au roman. Après tout, ce dernier a plus de visibilité et se vend davantage (au moins 2 fois plus de romans jeunesse que de mangas, d’après le SNE).
– L’article 14 de cette loi sur la littérature jeunesse.

Cet article 14 rassemble les obligations, interdictions et sanctions applicables aux titres non publiables pour les jeunes lecteurs. C’est un peu le foutoir dedans, alors résumons l’essentiel.

Premièrement, ils doivent être vendus sous plastique avec une mention « Interdit aux mineurs » (« Pour public averti », en pratique) sur la couverture/jaquette, et sont interdits de vente aux moins de 18 ans.
On ne va pas se mentir, cette interdiction est aussi respectée que celle des jeux vidéo PEGI 16+ ou 18+.

Voyons les choses d’un point de vue commercial : vous êtes le distributeur du LN de NGNL, vous essayez de vendre aux libraires un livre sous blister, avec cette jeune fille qu’est Shiro en couverture, et une pastille « pour public averti ». Est-ce qu’ils voudront le prendre ?
Vu la place en librairie très réduite pour des niches (produits très spécifiques et qui touchent un public restreint) comme le LN dans les librairies (sauf spécialisés), et les préjugés sur les LN chez pas mal de professionnels du secteur (essentiellement « LN = manga » & « ça fait trop manga, on en veut pas », selon des échos entendus sur les premières sorties d’Ofelbe), j’en doute fort.
Alors oui, To-Love Darkness a du succès en France malgré cet enrobage (qui, à mon avis, le fait vendre en jouant sur son image sulfureuse et la curiosité), mais je sens que les libraires ne joueront pas le jeu pour NGNL. À mon avis, la série sera mal distribuée chez les libraires et difficilement disponible en rayon.

Certains proposent alors de ne pas sortir NGNL en littérature jeunesse. On n’aurait plus à respecter ces contraintes, et puis bon, les libraires le mettront sûrement à côté des autres LN sortis en France.
Sauf qu’on s’écarte de la cible principale des LN (un lectorat assez jeune), et ça risque de dégrader leur image qui se reconstruit après des années de vide et de bides commerciaux.

Deuxièmement, si une œuvre « sensible » ne joue pas le jeu de cette loi sur la littérature jeunesse, le ministère de l’Intérieur peut décider de l’interdire à la vente.

N’empêche que ça devrait pas arriver pour NGNL : le gouvernement a d’autres priorités, et même si une certaine ministre de l’écologie a bien détruit la réputation du manga par le passé, je suis pas certain qu’il ait envie de brouiller ses relations diplomatiques avec le Japon.
La culture visuelle moderne japonaise, c’est une institution sacrée, faut pas déconner avec.

Troisièmement, toute infraction peut être au minimum punie d’un an de prison et 3750€ d’amende.

Vous allez me dire que c’est rien, mais ça peut faire mal aux finances des éditeurs qui publient des mangas par exemple, eux qui gagnent en général 10 à 15% du prix d’un tome (soit environ 1€ par tome à 7€, un chiffre proche de ceux obtenus de professionnels et de recherches personnelles).
Ça et le fait que tous les tomes publiés jusque-là devront sûrement être détruits au pilon. Oui, massacrés et pas distribués sous le manteau (certains vont y penser, mais ça aussi c’est interdit et sanctionné).

Enfin, pour les fans qui se demandent pourquoi le LN est licencié aux USA, un pays qui a pourtant du mal avec la nudité, hé bien il n’y a pas de lois de ce genre pour restreindre la littérature jeunesse. Juste une censure indirecte par les points de vente, les bibliothèques… comme partout ailleurs.
Paradoxalement, le manga de Monster Musume connaît un énorme succès là-bas. Donc voilà.

En résumé, les risques légaux (qu’on vient d’expliquer) et financiers (licence à priori chère pour un titre aussi populaire, ventes plus compliquées et pouvant être stoppées à tout moment) sont tellement élevés que je doute vraiment qu’un éditeur envisage de sortir le LN de NGNL en France.
Comme si ça suffisait pas, le manga est interrompu au tome 1 (indéfiniment ?), tandis que l’animé n’est pas (encore ?) sorti en DVD ou Blu-Ray en France (sinon vous avez ADN ou la version UK de disponible).

Et la version américaine du LN ? Si vous êtes un fan impatient de la série, rien ne vous empêche de la prendre, mais la traduction anglaise est très discutable… Faut croire que la série est maudite.
[MAJ] Il semble que Yen Press a réimprimé une version corrigée du tome 1, d’après une source dans le milieu.

Au final, j’attends qu’on me donne tort en annonçant la licence française de No Game No Life, histoire de voir si la hype derrière le LN saura défier les règles en vigueur. Mais je juge la partie perdue d’avance.

Défiance et espoirs persistants

À la prochaine pour un article qui sera, je l’espère, moins politiquement incorrect.

Note : Soyez respectueux dans les commentaires, et merci de ne pas bombarder les éditeurs de questions pour savoir s’ils vont sortir NGNL ou pas, au risque de les irriter. Je préfère préciser ça au cas où.

A propos de Misogi

Rédacteur spécialisé dans le light novel, écrivant articles et critiques à un rythme irrégulier. "Le light novel, c'est comme Hitagi Senjougahara : il ne faut pas le prendre à la légère."

Check Also

A Sunday without Otakiew, and yet the clockwork still works…

Salut à tous ! Aujourd’hui, on a plusieurs annonces à faire concernant Otakiew. Tout d’abord, ...

31 commentaires

  1. tl;dr : NGNL, c’est incestueux, arrêtez de vous mentir. Donc, c’est pas sortable en France.

    • Il n’y a pas forcément besoin d’aller au-delà des apparences/illustrations, mais ça joue aussi.

    • Je vois… Donc Game of Thrones n’est jamais sortit en France donc… Je croyais pourtant! ^^
      (Et honnêtement entre les deux titres GoT est plus incestueux non? ^^)

    • C’est pas sortable en France pour quelques raison qui sont : Pays diriger par des vieux con
      ces même vieux con ne peuvent même pas faire la différence entre de la FICTION ou des DESSINS et la réaliter ( par rapport a la pseudo « Incest et Pédophilie » )

      Tout comme le fait que ses un ROMAN quand même un light novel , vous en connaissez beaucoup des ENFANT qui se plonge dans des romans vous ?
      Et puis lire un scène pseudo « sexuel » c’est pas plus grave que tout les Culs et les Seins que l’on vois a longueur de joueur dans vos p.u.b à la con à la télé hein.

      • C’est vrai. Ça me soûle quand je regarde une série tranquille, qu’il y a une scène choquante (n’importe laquelle) et là on me regarde comme-ci j’étais un psychopathe alors que c’est pas moi qui ai écrit le scénario quoi. Et pis faut arrêter de faire les chochottes, des scènes comme ça y en a aussi dans les films et les séries américaines.
        Faut s’l’admettre: les mioches s’intéressent pas aux romans et ils feraient pas la différence avec un LN.
        Cependant, les mioches sont pas cons non plus. Faut arrêter de croire que ce sont des idiots facilement manipulable qui sont là juste pour être mignon et envoyer le ballon dans le jardin du voisin.

    • Dans NGNL, il y a pas d’inceste car pour qu’il y est inceste, il faut une relation sexuelle entre personne proche par le sang, là, il n’y a pas de relation sexuelle et Sora et Shiro ne sont pas proche par le sang, il viennent d’une famille recomposée. Donc vérifier avant de parler

    • Euh apres c’est psa vraiment sa soeur donc c’est pas vraiment incestueux x)

  2. Article très intéressant (et bien documenter c’est pas tout le monde qui serai aller trifouiller les articles de lois françaises ). Certes il y a très peu de chance que le titre sorte comme ceux actuel mais il n’y aurai t-il pas une possibilité de créer une collection visant un public plus mature ? (sachant prendre du recul sur l’œuvre ). Bien sur pas dans l’immédiat mais le temps que les LN ce fasse une place sur le marché français.

    • Le problème est que justement, certains ne sauront pas prendre le recul nécessaire (quand on a encore des gens qui considèrent que SAO et Log Horizon sont identiques, c’est qu’il y a encore beaucoup à faire).

      Une collection plus « mature » peut tout à fait être envisagée, mais on en revient aux soucis pour faire vendre ça (car certains ne comprendront pas pourquoi un titre en apparence similaire à SAO ou S&W n’est pas enregistré en littérature jeunesse comme eux – d’où une certaine méfiance que pourrait avoir les libraires).

  3. Oui c’est vrai que tu évoque de bon argument et ton article et bien détaillé.
    Il faudrait qu’il passe les LN au même titre que les romains d’auteur et non pour les jeunes, là la lois ne devrait plus poser problème (au vu de certain livre heurg…).
    Je suis quand même bien vert de voir que ce sont là les seules raisons, comme cité dans l’article « To Love » fait bien pire à tous les niveaux (pour le plaisir des yeux ^^).
    PS: il est vrai que ça mine le moral ce genre de nouvelle, moi qui scrute tous les forums pour un saison deux.

    [Attention à ne pas mentionner de fantrad, j’ai juste enlevé le petit passage en question. – Misogi]

  4. « Il faudrait qu’il passe les LN au même titre que les romains d’auteur et non pour les jeunes,  »

    Au Japon le LN c’est considéré, sans faire trop de généralisations, majoritairement comme de la littérature de jeunesse, alors pourquoi soudainement en France ça deviendrait de l’oeuvre de « grands auteurs » ?
    Restons réalistes et sachons ne pas idéaliser les choses.

    Pour l’article en lui même >

    Je trouve l’article un peu catastrophiste, dans le sens où au final tu commences en disant « les lois le permettent pas » pour au final finir sur « ok les lois le permettent si les éditeurs se forcent quelques contraintes. »
    Ca n’empêche donc pas la sortie et un éditeur peut tenter le coup malgré tout en prenant ces contraintes bien en amont et en sachant diriger et vendre le roman à un public bien précis, bien spécifique. Si la décision est prudente, réfléchie et bien pensée, c’est jouable de tenter le coup de vendre un LN « sous blister » en faisant un pari « safe. »
    Je sais que le marché du manga est différent du roman mais le blister a jamais empêché To Love Darkness d’être une des meilleures ventes de Tonkam, non ?
    Là pareil, je pense que le blister est un problème qui peut ne pas en être un si c’est envisagé.

    Maintenant, est-ce que NGNL en particulier, ça vaut la peine de prendre le risque ? Là comme ça, je dirais non, je sais la série populaire auprès des otakus mais pas forcément SI populaire que ça. A mon sens le fait que NGNL ça reste de la niche c’est surtout ça la vraie contrainte, pas les lois, haha.

    • Je comprends ton ressenti sur l’article, même si à la base, je l’ai surtout écrit à des fins pédagogiques, dans le prolongement de mes suppositions sur les prochains LN qui arriveront en France, mais aussi pour calmer les ardeurs de certains fans qui n’ont que cette série en tête.

      Le seul point de désaccord que j’ai, c’est l’interprétation de la conclusion selon laquelle « les lois le permettent si les éditeurs se forcent quelques contraintes ».
      Ce que j’affirmais est plutôt « oui il y a des exceptions possibles en passant par quelques contraintes, mais il y a tellement de risques légaux et financiers en + avec ce titre que c’est sûrement mort d’avance ».

      Un éditeur pourrait tout à fait prendre le risque de sortir NGNL en mesurant les risques et en contournant ces contraintes (ne pas être enregistré dans la littérature jeunesse, en fait).
      Le problème, c’est qu’on viserait mal le cœur de cible (un lectorat adolescent – je vais pas dire « majoritairement masculin » vu que les lectrices ont une présence non négligeable chez le roman).
      Et en toute logique, le coût de la licence pour ce titre serait dans le haut du panier (vu sa notoriété, mais ce n’est qu’une supposition faute de chiffres qu’on ne trouvera jamais, bien sûr).

      Pour l’avoir constaté personnellement et pour avoir eu des discussions à ce sujet : les marchés du roman jeunesse et du manga sont radicalement différents en tous points, et pas qu’un peu.
      Faut aussi y rajouter le fait que le LN est bien une niche qui ne renaît que depuis peu, donc forcément, son image se (re)construit en ce moment-même. Publier des titres tendancieux, c’est pas le plus opportun.

      Vu ses couvertures et la présence de très jeunes filles, NGNL a tout pour effrayer les lecteurs de roman grand public s’il était vendu sous blister et réservé à un public averti (ou alors on le met au rayon manga, mais ça serait stratégiquement risqué – à moins d’avoir un public de fans suffisant pour faire cette entorse).
      Par contre, pour un manga comme TLD, le blister pourrait justement avantager le titre. Sans entrer dans un discours ennuyant sur le packaging, ce film et cette mention « pour public averti », ça titille l’intérêt, ça incite à la tentation, on s’attend à des images suggestives, du coup banco.
      Mais bon, c’est dur de comparer 2 cas qui n’ont pas le même public et environnement.
      À la limite, ça pourrait passer pour HSDxD dans ces conditions (on est au lycée donc ça aide), mais y’a tellement de tomes que ça finirait par se casser la gueule sur la durée.

      C’était long, mais en tout cas, merci pour ton avis sur le sujet (le niveau des commentaires sur ce site ayant été assez bas pendant un moment, des avis constructifs je les prends sans hésiter).

  5. What inceste et pédopornographique….
    Sora et Shiro ne sont pas de vrai frère et soeur de plus Sora n’est pas majeur pour que quelque chose soit pedopornographique il faut que cela inclue un adulte et et mineur donc….

    • C’est peut-être pas de l’inceste à 100%, mais pour le grand public qui ne connaît pas plus la série que ça, c’est tout comme. Au grand dépit des fans.

      Et donc, le dessin d’une petite fille nue et dans une position sexuellement suggestive n’est pas de la pédopornographie. Mais bien sûr…
      Je veux bien comprendre que certains veulent cette série à tout prix, mais face à une telle absurdité, je ne peux pas ne pas me montrer cassant.

  6. Tant mieux s’il ne sort pas, vu la nullité de l’anime se sera pas une grosse perte.

  7. Je voudrais juste rappeler que la sexualité et la place de la femme au japon est bien différente de la situation française.

    Le nombre de rapport sexuel est très très bas (tout comme la natalité) alors que l’industrie du porno dans l’archipel est la plus développé au monde, la pédophilie et le viol sont jugés avec clémence et il me semble que l’âge légale pour un rapport est de 13 ans et qu’a partir de cette age la les photos érotique sont permise.

    Je ne suis pas sociologue ou même psychologue mais je dirais que la profusion d’œuvres tel que NGNL à permis l’acceptation de certaines idées. (Et que dire des JV mettant en action un viol ou de la masturbation d’autres détenue en prison)

    Pour conclure, tant mieux que des œuvres comme NGNL, qui joue avec le moralement acceptable et un scénario bcp plus enfantin soit interdite en France, parce que oui c’est dommageable et oui c’est légèrement pédophile.

  8. C’est pas comme si des animes et mangas incestueux n’était pas déjà sortis en France (et à la pelle) -__-‘
    Oni-chan no baaaaaaaaaaaaaaaaaaaka !!!!

    Mais bon dans l’absolue, j’en ai un peu rien a faire, j’achète les LN en anglais (et en démat) comme quasiment tous mes LN. J’aimerai bien supporter un peu l’initiative Ofelbe, mais ça fait bien longtemps que je n’achète plus de physique pour les romans quand je n’y suis pas contraint.

    • c’est dommage que la suite de cette animé ne sorte pas, j’ai adoré le style de monde du jeu ou les conflit ne se règles qu’avec des jeux, bien que c’est vrai il y à 2,3 petite scène « hechi » cette animé est encore loin du fait d’inceste que les gens prétendent.
      2,3 petite remarques de la sœur ou du frère bloquerais l’animé ? foutaise, il y à plein d’animé qui sont publié et ce même dans des revus pour jeunes.
      bref, les lois françaises sont chiantes, elle ne sont pas impartiales je trouve, ont aura beau me le dire, certaines personnes passe à travers les mailles des lois et ont ne leurs dit rien.

  9. Mais du coup, il y aura une saison ou pas ?

  10. Je veux Monster Musume… T.T

  11. Non mais sérieusement No game no life est un très bon manga qui mérite d’être sortie.

  12. Tant pis, une fois de plus mon fric ira aux Ricains.
    C’est pas que je veux pas contribuer à l’industrie des LN en France mais vu les series merdiques qu’on veut bien nous traduire :/ (ceci n’est qu’un avis personnel)
    Merci pour l’article en tout cas! Ça explique beaucoup de choses.

  13. Non mais sérieux… Quand je vois que Samourai Deeper Kyo, où Kyo pelote Yuya (pas qu’une fois…) pour voir si ses seins ont grossis, est sortit sans souci il y à bien longtemps, je trouve ça con, mais con à un point… ><

  14. Moi je trouve que les lois françaises sont vraiment……..Et tous les ministres aussi sont cons a un point….
    j’avais lu une fois, dans un certain article sur un certain site web, que la pédophilie augmentera(Meme si n’est que d’un dixième de %) a cause des quelques lois mises en normes
    Alors que si ils auraient laissé la soi disant relation « Incestueuse » voir « Pédopornographique » pour certains hentais acceptable, Le taux de pédophilie Baisserait considérablement( c’est une supposition, je n’ai pas de preuves sous la main) et Personnellement J’en ai vu des Tas et des Tas de mangas/animes, et il y a certains ecchis qui sont bien moins acceptable pour les enfants que Des mangas Type No Game,No Life, et je vous l’avoue, je suis jeune,et je ne demande pas a remettre en place des Images ou vidéos a caractères Pédopornographique pour permettre a des Mangas comme NGNL de revenir en france, Mais il faudrait revoir ces lois, et séparer les contenus a caractère Pédopornographique( a interdire absolument!) des contenus soi disant incestueux( comme NGNL ou ce n’est pas incestueux)

  15. Sauf que NGNL est un seinen il vise plutôt les jeunes adultes que les ados en principe …

    • Franchement quand je l’ai vu je devais avoir 12-13 ans j’en suis pas sortie traumatisé et j’ai même pas mal adoré alors même si c’est un seinen de base

  16. Bonjour bonjour,

    Je me permets de ramener un peu ma « science » sur le sujet, étant doctorant en droit sur un sujet relatif à la notion d’ordre public, et accessoirement gros fan d’anime/LN.

    En fait, une remarque de l’auteur de l’article m’a fait réagir, qualifiant la loi de 1949 d’élitiste. Je dirais que sur l’ordre public, l’élitisme s’envole très vite dès que l’on voit les enjeux, et je compte bien tenter de les mettre en avant.

    En fait, la France a une longue, très longue tradition de censure, qu’elle soit littéraire (en tant que premier mode de diffusion de la culture en masse) cinématographique, ou artistique.

    -On va déjà remonter loin, durant l’Ancien Régime (Pensez Louis, avec les gros numéros derrière). A cette époque, l’industrie de l’imprimerie était extrêmement contrôlée, car il existait très peu de machines capables de faire un travail de production efficace, et leur coût était difficile à amortir. La monarchie s’en est rendue compte, et a institué ce que l’on appelle le privilège de librairie: l’imprimeur/éditeur demandait au monarque le privilège d’être le seul à imprimer (situation de monopole, donc), que le Roi accordait. En pratique, cette autorisation a été détournée, puisque le Chancelier du Roi, qui recevait les manuscrits avant l’impression, en profitait pour le donner à des censeurs royaux qui y cherchaient toute trace de remise en cause du régime, et refusait le cas échéant de délivrer le privilège.

    Le système a été très rapidement détourné, au passage: il fallait alors importer le livre de l’étranger (pour la France, surtout de Suisse), tradition du contournement qui perdure encore bien aujourd’hui d’ailleurs, si j’en crois le nombre de personnes se fournissant chez Yen Press^^

    Maintenant, en ce qui concerne la loi de 1949: elle fait partie d’un paquet législatif pris dès 1945 (pour le cinéma en premier), directement après la seconde guerre mondiale: ces lois de censure ont été votées afin de pacifier le pays après les troubles de la guerre, notamment la collaboration, afin de s’assurer qu’aucun artiste/écrivain/cinéaste ne se mette à aborder des sujets jugés sensibles au niveau politique (c’est très mal enseigné de nos jours, mais la France était alors près de la guerre civile, avec d’un côté l’épuration sauvage puis légale qui montait des groupes de personnes contre les autres, et les communistes qui étaient à deux doigts de déclencher une révolution, si ce n’est une intervention de Staline pour calmer le jeu, ce dernier ne voulant pas donner de prétexte aux USA pour une occupation militaire de la France après la guerre). L’idée était donc de donner au gouvernement des outils de censure puissants pour maintenir l’ordre public dans le pays, et non attendre la survenance des troubles pour devoir réprimer. D’ailleurs, si aujourd’hui les différentes censures relèvent du ministre de la Culture, à l’époque, le ministre compétent pour ces polices spéciales était celui de l’Intérieur.

    Cela a semble-t-il bien fonctionné, la France s’est pacifiée après guerre. Et la libération des moeurs dans les années 60 a vu la compétence en matière de censure basculer progressivement de l’Intérieur vers la Culture, signe de l’abandon de la visée de pure censure qui prévalait alors, et a touché des oeuvres comme le film Les Sentiers de la Gloire, et bien d’autres. En fait, on pourrait analyser ce basculement comme étant un abandon de la censure politique et diplomatique qui prévalait durant la première moitié du XX siècle, au profit d’une censure d’ordre public général (maintien de l’ordre au sein de la population, en évitant les troubles, notamment ceux ayant trait à la moralité publique depuis un arrêt de 1959, Scté des films Lutetia). Bref, désormais on ne censure plus parce que le film porterait atteinte au « moral de la nation » ou a son prestige, mais plutôt parce que cela risque d’exciter la population (en 1959, le film censuré ne l’était qu’à l’échelle de Nice, et narrait les prouesses sexuelles d’une dame avec à peu près tous les membres de la gent masculine, hors son époux,ce qui pour l’époque était effectivement scandaleux)

    Et de nos jours, exciter la population, c’est surtout exciter les intégristes cathos, des plus lights type Famille de France, aux croisés de l’association Promouvoir (allez voir leur site, il est à pleurer, pas toujours de rire hélas). L’outil de censure, prévu pour le maintien de l’ordre public, est détourné par ces groupuscules pour aboutir à une forme de censure morale. Néanmoins, dans le cas d’un contentieux le juge administratif est tenu à un contrôle de proportionnalité strict, car cette censure porte atteinte à une liberté fondamentale, celle d’expression. Cela n’empêche pas l’association d’engranger quelques victoires, comme en 200 sur le (très mauvais, selon moi) film Baise moi, ou plus récemment la Vie d’Adèle. Ils ont toutefois échoués sur d’autres (Sausage Party, récemment).

    Bref, de nos jours, l’ennemi numéro 1, ce sont les intégristes de tous bords, mais avec encore deux neurones attachés pour préférer recourir à la justice plutôt qu’à l’AK-47 afin de tester les limites du système. Et force est de constater que NGNL, comme le démontre bien l’article, part perdant. la législation concernant la presse pour mineurs s’est spécialisée en 2011 sur la pornographie, alors le le LN dont il est question est délibérément ambigu sur certains de ses propos (au passage, petite apparté: pour moi, les comparaisons avec la mentalité nippone en la matière sont caduques, étant donné que ce ne sont pas les lois japonaises qui s’appliquent en France, mais les lois… françaises, qui sont sensées correspondre aux aspirations de sa société. Que le Japon semble plus tolérant sur la question ne doit pas faire perdre de vue qu’il s’agit non pas de censurer la création, mais sa diffusion à l’étranger, la logique est différente). La solution pour Ofelbe, ou tout autre éditeur, serait de ne pas en faire un roman jeunesse, mais cela poserait des problématiques en matière de diffusion de l’ouvrage (en gros, seuls les vendeurs en ligne et des boutiques spécialisées accepteraient le rayonnage, et dans ce cas la marge éditeur morfle, puisqu’elle sert à amortir les surcoûts engendrés par une diffusion limitée…).

    Enfin, gros pavé de ma part, désolé!

    • Allez, avec un peu de chance, je vais bien réussir ma vie et pouvoir payer une traduction professionnel comme un livre pour adulte. Je vois que Le trône de fer (Game of Throne) passe donc il ne devrait pas y avoir de problème. Merci de confirmer que c’est bon du point de vue légal.
      Pour avoir lu le début de GoT, je peux dire qu’il est bien pire
      Cordialement, un doux rêveur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *